« Tarte Tropézienne » de Noël

19 décembre 2011

Tarte Tropézienne entre guillemets car ne comptez pas trouvez ici la vraie recette de la Tropézienne ! Elle est secrète … Et je n’ai même pas tenté de la reproduire. D’autant plus que nous, les Marseillais, avons la chance de pouvoir acheter la vraie sans nous déplacer bien loin car il y a deux boutiques « La tarte Tropézienne », celles du créateur, à Marseille.

Je me suis simplement inspirée du principe de cette célèbre brioche fourrée pour la décliner à ma façon, au goût de Noël : ma brioche a un petit air de pompe à l’huile d’olive et ma crème pâtissière un petit parfum de calissons. Deux incontournables de notre Noël en Provence.

Pour la crème, je ne me suis pas trop cassée la tête … Dans la version originale, il s’agit d’une crème pâtissière additionnée de crème au beurre. Moi, j’ai repris la version de Christophe Felder, parue dans un vieux Elle à Table. Une simple crème pâtissière,dont j’ai changé le parfum, avec un peu plus de beurre et un peu de crème montée.

Tarte Tropezienne de Noël« Tarte Tropézienne » de Noël

Pour 6 mini ou une grande (moule de 23 ou 24 cm environ) :
La crème :

– 1 œuf + 1 jaune
– 50 gr de sucre
– 25 gr de maïzena
– 25 cl de lait
– 25 gr d’écorces d’oranges confites
– ½ c à c d’extrait d’amande amère
– 40 gr de beurre mou
– 50 gr de crème entière liquide montée en chantilly

Préparer la crème :
Couper les écorces d’oranges en très petits morceaux. Les mettre à chauffer avec le lait et l’extrait d’amande amère. Quand le mélange est chaud, mixer afin d’éliminer les morceaux d’oranges.

Dans un récipient, battre le sucre avec l’œuf et le jaune jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajouter la maïzena tamisée et bien mélanger.  Ajouter le lait, en filet, tout en fouettant.
Mettre le mélange dans la casserole et cuire, à feu moyen, toujours en fouettant sans discontinuer, jusqu’à ce que la préparation épaississe. Retirer du feu et incorporer le beurre mou.
Transvaser dans un récipient. Filmer au contact. Laisser refroidir puis entreposer au réfrigérateur.
Lorsque la crème en bien froide, incorporer délicatement la crème fouettée.

La brioche :

– 300 g de farine
– 5 g de levure de boulanger déshydratée
– 50 ml d’eau de source
– 1 œuf moyen
– 40 ml d’eau de fleur d’oranger
– 100 ml d’huile d’olive
– 50 gr de sucre
– 1/2 c. à café de sel
– Sucre en gros grains

Préparer la brioche :
Dans un récipient, mélanger 50 g de farine, la levure de boulanger et l’eau. Couvrir d’un linge propre et laisser reposer 1h.

Dans un autre récipient, mélanger le reste de la farine (250 g), le sucre et le sel. Faire un puits. Ajouter l‘œuf battu, l’eau de fleur d’oranger, le mélange à la levure et l’huile d’olive. Mélanger jusqu’à ce que la pâte soit formée puis transférer sur un plan de travail légèrement fariné. Pétrir pendant une dizaine de minutes jusqu’à obtention d’une pâte lisse et souple.

Former une boule. La fariner légèrement et la déposer dans un grand saladier. Couvrir de façon hermétique avec du papier film. Laisser reposer 1h30 à 2h.

Abaisser délicatement la pâte pour chasser l’air. La couper en 6 parts égales. Former des boules.
Imbiber d’eau une feuille de papier absorbant. Disposer le sucre en gros grains dans une petite assiette. « Tamponner” le haut des boules de pâte d’abord sur le papier absorbant et ensuite sur le sucre . Cela permet de faire adhérer le sucre sur la pâte.
Les disposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. Laisser reposer ½ h couvert d’un linge propre.

Préchauffer le four à 180° avec un récipient contenant de l’eau.

Enfourner et cuire 12 à 15 minutes. Augmenter le temps de cuisson pour une grande tarte. Laisser refroidir sur une grille.

Monter les tartes :
Lorsque les brioches sont bien froides, couper les en deux dans la hauteur. Appliquez vous bien ! Pour ma part, je les ai toutes coupées de travers et, du coup, mes Tropéziennes sont toutes un peu de guingoï … ;)

Garnir chaque brioche de crème, à l’aide d’une poche à douille, et entreposer au moins 2h (ou plus) au réfrigérateur avant de déguster.

Note générale concernant les recettes avec une cuisson au four : les temps de cuisson, au four, sont donnés à titre indicatif. Il est nécessaire de les adapter en fonction de votre matériel. Plus d’infos ICI. Vérifiez toujours la cuisson en plantant au centre du cake ou du gâteau, une pique, la lame d’un couteau ou un cure-dent, par exemple. Il doit ressortir bien sec.

Texte, recette & photographie de Carole
Merci de ne pas faire de copier/coller de mes textes sur vos blogs et sites. Les textes et photos sont la propriété d'Altergusto et ne sont pas libres de droits. Toute reproduction de ce blog, et de son contenu, tout ou en partie, textes, photos, charte graphique, est interdite sans la permission écrite de l’auteur (sauf mention particulière).

23 Commentaires

  1. Edda

    Je succombe rien qu’à la regarder, c’est un rêve de gourmandise ce gâteau et j’aime beaucoup les parfums que tu as mis dans la crème :-)

  2. irisa

    cette tarte est adorable et ça aurait été dommage de la manquer !
    je vais me réinscrire à la newsletter, je ne sais pourquoi je ne la recevais plus depuis quelques temps

  3. irisa

    je viens d’essayer de me réinscrire mais on me dit que mon adresse mail est déjà inscrite ?? pourquoi alors ne reçois je plus tes messages ??

  4. Babeth59

    Je ne sais pas si c’est la vraie car dans ma région, ce n’est pas vraiment la spécialité….mais je sais que j’aime beaucoup et que la lecture de ta recette m’inspire!…

  5. Delphine

    Elles sont adorables ces petites tartes, et moi qui ne suis pas très fan de la “vraie” tarte tropézienne, je suis plutôt tentée par les parfums de la tienne…
    Bises, et bonne journée !
    Delphine

  6. Melly

    quel superbe blog !
    je m’inscris à la newsletter pour revenir souvent –

    sinon, quelle différence entre “tarte Tropéziène” et “nid d’abeille” ? –
    je ne trouve plus de “nid d’abeille” dans les pâtisseries et aimerais bien la recette –
    tu l’aurais ?
    merci si c’est le cas –

  7. Carole

    @ Melly : non, désolée, je n’ai pas la recette du “nid d’abeille” … Pour les différences avec la Tropézienne, je pense que ce n’est ni la même brioche ni la même crème et il n’y a pas d’amandes dans la Tropézienne.

  8. ...

    Est-ce possible de congeler la pâte à brioche? Si oui, à quel moment, avant quelle levée faut-il le faire? Merci pour ce somptueux blog!

  9. Carole

    @ … : oui, on peut la congeler, après la première levée. Mais la levure n’aime pas trop la congélation aussi il faudra utiliser la pâte rapidement. Si on la garde trop longtemps au congélateur, elle lèvera moins bien. Il faut la décongeler lentement et ensuite poursuivre les étapes.
    Pour une période de congélation longue, mieux vaut la congeler cuite.

  10. Caroline

    Mille mercis pour cette excellente recette que je vais précieusement conserver. Il y longtemps que j’avais envie d’essayer de faire ce dessert mais rien qu’à leuro lecture, aucune recette ne m’avais conquise. Celle-ci est top. Tous les arômes se marient à merveille, c’est très fin…  ! Très subtil. La pâte est hyper moelleuse, la crème est délicate… Et l’ensemble est léger, aérien, contrairement à ce qu’on pourrait penser ce dessert n’est pas du tout écoeurant. Merci aussi pour les autres recettes de votre blog que je viens de découvrir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *