Tatin de pêches farcies aux amaretti … Ce jour là, j’aurais du faire une compote !!

6 août 2009

Il y a des jours où on se lève avec une idée fixe et tenace. Quelquefois on a le temps de l’assouvir. Mais ce jour-là, j‘aurais du m’abstenir. Oh oui ! Parce que la réalisation de cette tatin m’a valu de passer la journée dans ma cuisine …

C’était dimanche matin, j’avais 3 malheureuses pêches qui s’ennuyaient dans mon panier de fruits et l’envie irrépressible de manger une tatin. Pas si compliqué la tatin non ?
Alors je me suis lancée … Mais dés le début, j’aurais du comprendre que ce qui devait être simple et rapide ne le serait finalement pas. Et bien au-delà de mes prédictions ! :o

D’abord la pâte : aux petits suisses évidement pour faire vite et bien. Mais en ouvrant mon frigo, je n’ai trouvé ni petits suisses ni substitut … Premier signal ! Que j’ai ignoré, têtue que je suis. J’ai donc opté pour ma pâte mi-brisée mi-feuilletée, voulant à tout prix éviter la galère de ma dernière vraie pâte feuilletée.

Pâte au frigo, jusque là tout allait bien. S’en est suivi le dénoyautage (agaçant) des pêches sans abimer les moitiés, le creusage léger des moitiés, la préparation de la farce … Toujours Ok.
Puis est venu le moment de préparer le caramel. Et j’ai constaté que la scoumoune caramélisque ne m‘avait pas abandonnée. 1er essai et résultat : une grosse masse cristallisée absolument pas caramélisée. Hop ! Casserole dans l’évier à tremper. 2e essai … Idem … 3e …Têtue que je suis toujours. 4e … Alléluia ! Caramel plus ou moins réussi. Et l’évier qui commençait à déborder. s|

Entre temps, j’avais choisi le moule au diamètre le plus adaptée à ma petite tatin pour deux. Pas à tarte, pas à tatin, pas à gratin mais un moule à charnière. L’idée qu’il ne fut pas étanche m’avait effleuré mais seulement une nano seconde car le fameux était neuf et ce serait bien un comble qu’il eut déjà des fuites.

11h30 : Tatin au four et je m’accordais une petite pause. Jusqu’à ce qu’une odeur de brûlé vienne titiller mes narines. Retour dans la cuisine, coup d’œil dans le four, bordé de jurons : le moule n’était pas étanche du tout, le caramel fuyait allègrement, se déversait même à “grands” flots, enfin presque ! dans la goulotte (cette petit gouttière à la base du moule, anti-fuites je suppose) puis débordait, se répandait sur la grille et coulait … Brulait …Fumait …
Que fais je ? A four sali, autant terminer la cuisson.
Mais comment vais-je la démouler dés la sortie du four avec tout ce caramel liquide et bouillonnant dans la goulotte ? Me voilà donc plantée devant mon four, les rouages de mon cerveau tournant à plein régime. Sortir la tarte très doucement pour ne pas renverser le caramel, la déposer sur une grande feuille de papier alu, envelopper la goulotte avec et retourner la tarte avec précaution. Ok mission accompli. Ma tarte n’est pas si mal. Evidement elle manque un peu de caramel puisqu’il est au fond de mon four !

12h20 et même pas commencé à préparer le déjeuner. Vite la grille à tremper dans la baignoire. Mince, le papier alu est resté collé au moule … Moule à tremper dans la baignoire … L’évier qui déborde … Chéri qui rentre d’une sortie à vélo et veut prendre une douche … dans la baignoire ! et qui a faim … Transfert du matos de la baignoire au lavabo, en pyramide … Préparation rapide de tomates – mozza … Remise à tremper du matos dans la baignoire … Déjeuner rapide … Nettoyage du four, des casseroles, de la cuisine … Gros stress !!! X(

Voilà pourquoi j’aurais mieux fait de faire une compote de pêches ! Et pour couronner le tout, j’ai complètement raté mes photos (énervée ?) réalisées entre séance de vaisselle et nettoyage de la cuisine.

Mais je vous propose quand même la recette parce que, finalement, cette tatin était pas mal du tout ! ;)

Tatin de pêches farcies aux amaretti

Ingrédients pour un moule de 18 cm* :
– 3 pêches
– 50 gr d’amaretti
– 1 c à s bombée de confiture de framboise (ou autre fruits rouges ou abricots)
– 50 gr de sucre
– 1 c à s d’eau
– 1/2 pâte feuilletée

* Multiplier les quantités par 2 voire 2,5 pour une tarte au format classique.

Préchauffer le four à 200°C

Éplucher les pêches. Les plonger dans l’eau chaude quelques secondes puis dans l’eau froide. La peau s’enlève presque toute seule.

Couper les pêches en deux et les dénoyauter délicatement, sans abimer les moitiés. Passer la lame d’un couteau autour du noyau pour le détacher plus facilement. Enlever la partie fibreuse qui se trouve autour du noyau.
Creuser un peu le centre de chaque moitié de pêches pour agrandir la cavité. Conserver la pulpe prélevée.

Mixer les amaretti avec la confiture et la pulpe de pêche. Farcir les pêches avec ce mélange.

Dans une casserole, faire caraméliser le sucre avec 1 c à s d’eau. Lorsque le caramel commence à foncer, le verser dans le moule.
Disposer les pêches, farce vers le haut, dans le moule.

Étaler la pâte, au rouleau, sur un plan de travail fariné, sur une épaisseur de 3 à 4 mm. Découper la pâte un peu plus grande que le diamètre du moule. La disposer sur les fruits en rentrant les bord à l’intérieur du moule. Enfourner pour 25 à 30 minutes.

Démouler encore chaude sinon ce sera plus compliqué à démouler, pour ne pas dire impossible !!

Posté dans : Goût sucré

Note générale concernant les recettes avec une cuisson au four : les temps de cuisson, au four, sont donnés à titre indicatif. Il est nécessaire de les adapter en fonction de votre matériel. Plus d’infos ICI. Vérifiez toujours la cuisson en plantant au centre du cake ou du gâteau, une pique, la lame d’un couteau ou un cure-dent, par exemple. Il doit ressortir bien sec.

Texte, recette & photographie de Carole
Merci de ne pas faire de copier/coller de mes textes sur vos blogs et sites. Les textes et photos sont la propriété d'Altergusto et ne sont pas libres de droits. Toute reproduction de ce blog, et de son contenu, tout ou en partie, textes, photos, charte graphique, est interdite sans la permission écrite de l’auteur (sauf mention particulière).

33 Commentaires

  1. lili

    Je salue bien bas ta persévérance… surtout pour le caramel!

    Le résultat n’a pas l’air mal du tout… comme tes feuilletés! ;)

    Mais, dis-moi, la malchance c’est contagieux? s)

  2. Florie Le Guellec

    :dsadsad: Ah quelle grosse marade cet article! Enfin elle est quand même superbe cette tatin, derrière cette photo on ne se douterait pas que tu avais rencontré autant d’embuches! ;) BSX

  3. Marie-France

    Des semi-ratages j’en ai connus aussi, moi c’est avec le syphon qui n’est pas franchement mon ami et que j’appréhende maintenant à ressortir. Pour la tatin, j’avoue que je n’en ai jamais fait et pourtant j’adore. Je ne trouve pas ta photo ratée, loin de là, et je croquerais volontiers dans cette part que tu nous proposes en image.

  4. soso

    tout à art d’écrire !!!LOL
    elle est semble très réussie ta tatin..
    ô plaisir de ta visite
    moi tatin pomme c’était semaine derniere.
    bise soso

  5. tallula

    tu m’as bien fait rire… j’en connu une journée du même style pour cause de moule à charnière neuf et non testé question étanchéité et tout un joli cheesecake sur la sole du four… rrrrrhhh…. mais je n’avais pas eu l’aventure caramel…
    en tous cas merci de nous proposer quand même cette recette parce que ça a l’air délicieux !!! malgré tout (enfin heureusement même !)
    ;)

  6. sonic

    Et bien que de péripéties !!! En tous les cas elle est bien jolie et à l’air bien appétissante cette tatin !
    Bisous
    Monique

  7. Aud39

    Quand ça ne veut pas aller, ça ne veut pas aller ! Ce genre de mésaventure m’est déjà arrivée… On se dit qu’en une demie-heure ce sera bouclée et au final avec la vaisselle et les incidents de parcours, on y passe sa matinée (un flan pâtissier dans mon cas !!)
    En tout la recette a l’air sympa.

  8. Mo.

    :) C’est vrai des fois qu’il vaut mieux s’abstenir et quand on commence à s’apercevoir qu’il nous manque quelques petites choses surtout ne pas insister… mais bon, j’avoue que moi aussi je m’acharne quelques fois …
    ;) malgré tout ce tatin m’a l’air délicieux.

  9. Dada

    Quelle aventure (et quelle patience)! En tous cas le résultat est superbe et original, outre à faire un clin-d’oeil au Piémont. Bravo!

  10. palaisdeslys

    Mais moi je m’attendais à un massacre et en fait la photo est carrément des plus appétissantes!!! Ahh ma pauvre, j’ai ressenti exactement le stress et la déception que tu as dû éprouver… Je me souviens d’une tarte que j’avais fait à la hâte, du vrai vite fait bien fait, sauf qu’en la sortant légèrement du four pour vois comment allait la cuisson, le moule m’a glissé des doigts, je me suis brûlée et la tarte s’est lamentablement écrasé par terre du côté face, tout ça sou sle regard “mort de rire” de mon cher et tendre. Rouge de brûlure et de rage, je l’ai ramassé, retourné et remise dans le moule et hop au four me disant que de toute façon les microbes seraient tués. Je sais, c’est gore, mais nous l’avons mangé quand même. C’était super bon mais vraiment pas présentable!!!!!!!

  11. Autrement bon

    Trop drôle la lecture de tes exploits !! Cela nous arrive à toutes de mal commencer un truc et d’enchaîner les dégâts mais c’est plus marrant chez les autres… ;) Il reste néanmoins une belle recette que j’aimerais bien tester !!

  12. christelle

    Y a des jours comme ça … difficiles !
    Donc : Vade retro le caramel réticent qui torture le four sans le moindre remord, (note pour moi : ne pas utiliser de moule à charnière pour la tarte tain de pêches que je prévoyais pour demain ;) ) et vive la compote de pêche. Sinon, je la trouve plutôt bien ta tatin pour deux, et tant pis pour la SDB … finalement elle a pris du galon et est devenu l’annexe de ta cuisine. ;)

  13. Hélène

    Lepréparation du caramel peut effectivement stresser. Avec du sirop de glucose, c’est plus facile. C’est dans ces moments d’enfer en cuisine que j’apprends.

  14. crazynonna

    j’ai plusieurs fois souris a la lecture de tes aventures….un gros bisous et puis bravo pour la tarte elle est belle

  15. Valeria

    J’ai adoré ton recit. Cela me rappelle Nicole de Buron, avec son humour fantastique. Je te conseil de commencer un metier de journaliste-reporter, ou carrément d’écrivain. Tu as du tallent !
    Valéria

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *