Biscuits à la farine de maïs, huile d’olive & orange

6 mars 2017

C’est la recette parfaite pour une journée maussade… ces petits biscuits vont l’ensoleiller autant par leur parfum que leur jolie couleur.
Pssst ! Ils sont aussi délicieux quand il fait beau.

J’ai utilisé une farine que j’avais un peu oubliée… c’est le problème quand on a des placards bien remplis, on ne voit pas toujours ce qu’il se cache au fond?! Cette farine est une farine de maïs très fine, fioretto, qui peut servir à faire de la polenta – je la préfère avec des grains plus gros. Les Italiens ne distinguent pas la semoule et la farine de maïs au niveau du nom, pour eux tout s’appelle farine, et elle est plus ou moins grossière – et qui est parfaite pour réaliser des gâteaux et biscuits. La mienne est jaune, elle existe aussi en blanc, et elle est délicatement parfumée.

J’en ai profité pour tester ces petits biscuits vus chez Juls’ Kitchen (en italien) avec quelques petites modifications. J’ai utilisé de l’œuf entier au lieu des jaunes, diminué la quantité huile d’olive et surtout remplacé la farine de riz par ma farine de maïs. J’ai gardé la même forme qui me plaît bien, un peu façon shortbread.
Je trouve la proportion utilisée parfaite. Je n’aime pas les biscuits avec 100% de farine de maïs que je trouve un peu plâtreux… Dans cette version, elle apporte une friabilité agréable, un côté un peu sablé, ainsi qu’une jolie teinte et son délicieux arôme. Associée aux zestes d’oranges et à l’huile d’olive, c’est un régal.

Biscuits à la farine de maïs, huile d’olive & orange

Pour… Ooops ! j’ai oublié de les compter ! :-0
100 gr de farine de maïs jaune Fioretto
150 gr de farine de blé T45
75 gr de sucre
75 gr d’huile d’olive
1 œuf ( 50 gr)
½ grosse orange de Sicile ( ou 1 orange de taille moyenne)

Dans un récipient, mélanger les 2 farines. Faire un puits au centre. Verser le sucre.

Prélever le zeste de l’orange. Presser le jus pour obtenir 45 ml.

Dans un petit récipient, mettre l’huile d’olive, l’œuf, le jus et les zestes de l’orange. Mixer à l’aide d’un mixeur à main, une girafe, jusqu’à obtenir une sorte de « mayonnaise ». Vous pouvez aussi utiliser un mini-robot mixeur pour cette étape.
Verser cette préparation dans le puits. Mélanger pour incorporer d’abord le sucre puis les farines jusqu’à obtenir une pâte homogène. Ne pas trop travailler la pâte. Former une boule, l’aplatir, la filmer et l’entreposer au réfrigérateur pour ½ heure.

Préchauffer le four à 170° C.
Étaler la pâte sur une épaisseur d’½ cm. La découper en carrés de 4 x 4 cm.
Disposer les biscuits sur une plaque couverte de papier cuisson.

Enfourner et cuire 18 à 20 minutes. Les bords doivent être légèrement dorés. Adapter le temps de cuisson à la taille des biscuits.
Laisser refroidir sur une grille.

Posté dans : Goût sucré

Note générale concernant les recettes avec une cuisson au four : les temps de cuisson, au four, sont donnés à titre indicatif. Il est nécessaire de les adapter en fonction de votre matériel. Plus d’infos ICI. Vérifiez toujours la cuisson en plantant au centre du cake ou du gâteau, une pique, la lame d’un couteau ou un cure-dent, par exemple. Il doit ressortir bien sec.

Texte, recette & photographie de Carole
Merci de ne pas faire de copier/coller de mes textes sur vos blogs et sites. Les textes et photos sont la propriété d'Altergusto et ne sont pas libres de droits. Toute reproduction de ce blog, et de son contenu, tout ou en partie, textes, photos, charte graphique, est interdite sans la permission écrite de l’auteur (sauf mention particulière).

15 Commentaires

  1. Frédérique

    Bonjour, très tentants ces merveilleux petits carrés dorés ! Le résultat est-il fondant-friable comme les montecaos que je dais à l’huile, ou croquant-résistant ? comme beaucoup de biscuits de notre Sud ??
    Merci encore pour ce sweety cuty blog 

  2. Carole

    @ Frédérique : merci :)
    Non, pas du tout comme des montecaos, que j’aime pas du tout d’ailleurs ! mais plutôt croquant, et un peu plus friable que les classiques de notre sud.

  3. brigitte

    comme j’ai trié mes placards ce matin et que la farine de maïs du moulin voisin est proche de sa date limite ta recette tombe à pic :)

  4. Alessandra

    Et non! Les italiens distinguent la semoule et la farine de mais!. Avec la semoule tu fais des pates bien croquantes et « al dente », avec la farine de mais, plus ou moin grossiere, la polenta et toute une sorte de gateaux regionaux. Au contraire chez nous il n’y a pas la distinction entre semoule fine et semoule moyenne comme pour le cous-cous!

  5. Carole

    @ Alessandra : merci pour la précision ! :)
    Mais je parle du nom, pas de l’usage. J’ai rectifié d’ailleurs pour que ce soit plus clair. Ce que je veux dire c’est que les italiens disent farine aussi bien pour la semoule que pour la farine de maïs.
    En France, certaines marques, au moins une (Alpina Savoie), distinguent la grosseur de la semoule de maïs. Gros, moyen et fin.

  6. Alessandra

    La semola est la semoule de blé dur très fine, le semolino est toujours une semoule de blé dur moyenne (elle s’utilise dans l’alimentation des nourrissons et des personnes âgées, mais aussi pas que ça) la farina est la Farine de froment (votre T45 je crois) et la farine de polenta c’est du mais.
    En résumé : semola- blé dur / farina 0 – farina 00 – blé tendre / farine de polenta – mais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *